Si quelque rares plantes arrivent à se féconder grâce à d'autres moyens, tel que le vent, la très grande majorité des plantes ont besoin, pour assurer leur descendance, des pollinisateurs que sont les insectes (et quelques rares oiseaux dont le célèbre oiseau-mouche d'amérique du sud). Une symbiose s'effectue donc entre les plantes et les insectes, les premières ayant besoin des seconds pour la fécondation, les insectes déplacant le pollen vers le pistil, les organes sexuels des plantes à fleur, qui peuvent se trouver sur la même fleur (plantes hermaphrodites), sur des fleurs séparés sur un même plant (plantes monoïques) ou bien sur des plants différents (plants dioïques), et les seconds dépendent des premières pour se nourrir. Ceci est un fait qui nous montre que l'homme est dépendant des insectes au même titre que les plantes qu'il cultive pour son alimentation... Je reprend ici la phrase d'Albert Einstein "Si l'abeille disparaissait de la terre, l'homme n'aurait plus que 4 années à vivre". En effet 80% des fleurs, des fruits et autre végetaux que l'homme utilise pour se nourrir sont pollinisés par les abeilles. Et l'on peut aussi citer de lui "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.” car parmi les premières victimes des insecticides agricoles figurent nos amis les pollinisateurs, mais il y a aussi les destructions des habitats naturels de ces insectes ainsi que le réchauffement climatique qui affecte tous les êtres vivants dans leur globalité, autant de facteurs aggravant la fragilité du système de pollinisation dont les insectes sont les principaux moteurs. La plupart des gens aujourd'hui "regardent et laissent faire", par "tout ceux qui font le mal" ce qui pourrait être la plus grande catastrophe déclanchée par l'homme: la sixième crise d'extinction depuis 65 millions d'années... hors, parmi les hommes aujourd'hui est né un nouveau groupe qui tend à préserver le monde des méfaits du capitalisme et de la société de consommation, dont le but principal est l'enrichissement personnel... aux détriment des ressources biologiques et géologiques.